Depuis plusieurs mois et même années, je vous parle des avantages de la construction en bois.

Il s’agit du matériau qui a le plus faible impact environnemental lors de la construction ou de la rénovation de votre immeuble, tous matériaux confondus.

Pourquoi?

À la base, il faut revoir le cycle de vie du carbone.

Source: https://www.decospan.com

Il y a 3 aspects à prendre principaux à prendre en considération, soit la séquestration, la substitution, et l’utilisation de la biomasse forestière comme carburant.

La séquestration

À toutes les fois où vous choisissez un produit en bois d’un volume d’un mètre cube, environ 1 tonne de GES (gas à effet de serre) est »emprisonné » dans le produit. Et ce, pendant toute la durée de vie de l’objet. Le bois est constitué d’environ 50% de carbone. Pendant son utilisation, le carbone est dans l’objet en bois, et non dans l’atmosphère. Ce sont des données reconnues mondialement, des moyennes reconnues entre autre par le GIEC. (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)

Afin de mieux comprendre ce processus, il faut se rappeler que les arbres en croissance absorbent le CO2 de l’atmosphère, séquestre le carbone (C) dans le bois et libère l’oxygène (O2) dans l’air. Le bois est un composé chimique complexe dont environ la moitié de son poids sec est constitué d’atomes de carbone.

La substitution

Lors de l’analyse de cycle de vie d’un produit, qui comprend plusieurs étapes dont l’extraction, la transformation et la fabrication, le transport et son utilisation.

L’analyse du cycle de vie (ACV) est une méthode d’évaluation normalisée permettant de réaliser un bilan environnemental d’un système sur l’ensemble de son cycle de vie.

Ainsi, son but est de connaître et pouvoir comparer les impacts environnementaux d’un système tout au long de son cycle de vie.

Plusieurs méthodes d’évaluations existent. Actuellement, L’ATHENA ™ Environmental Impact Estimator est le seul logiciel nord-américain d’évaluation du cycle de vie qui tient compte du bâtiment entier.

Selon les évaluations, de façon générale, Un mètre cube de bois évite l’émission de 1,1 tonne de CO2 si on le substitue à d’autres matériaux (entre autre, l’acier et le béton). En effet, les autres matériaux demandent plus d’énergie à fabriquer, transformer et utiliser. Ils ont également plus d’impacts sur l’eau, l’air et le sol.

L’utilisation de la biomasse forestière

Lorsque le bois ou ses dérivés sont utilisés comme carburant, le carbone qu’il contient retourne dans l’atmosphère. Il est alors capté par les arbres en croissance, et le cycle du carbone reprend. Il s’agit d’un cycle ou il n’y a pas de nouvelles émissions de GES, contrairement aux autres combustibles comme le charbon ou le pétrole. Bref, la roue tourne!

En résumé

Lors de l’utilisation d’un mètre cube de bois :

-Une tonne de GES est emprisonné dans le produit durant sa durée de vie;

-Un tonne de GES a été évitée de façon permanente par l’effet de substitution.

-L’utilisation de la biomasse forestière fait partie d’un cycle ou il n’y a pas de nouvelles émissions de GES.

Le choix est simple!

Liens et références :

https://www.ecohabitation.com/guides/1012/pourquoi-la-structure-bois-lemporte-reellement-face-a-lacier-et-au-beton/

https://www.cecobois.com/materiau-bois-et-analyse-cycle-de-vie

À savoir : L’acier et le béton sont responsables ensemble de 8% des émissions totales de GES de la planète alors que le bois séquestre le dioxyde de carbone (Green Building Advisor, 2015).

Il y a également beaucoup d’autres avantages à la construction bois : Performances acoustiques, thermiques, utilisation de produits locaux, d’autres articles à venir!